Questions de censure

L’AICA est depuis toujours attentive au respect de la liberté de création. Cet espace est consacré aux prises de position de l’association, en réaction à des faits d’actualités qui portent atteinte à ce droit fondamental. 

Russie

PDFImprimerEnvoyer

Contre la censure et l'intimidation, l'AICA France manifeste son soutien à l'artiste
Konstantin Altounine et à la directrice du musée privé de Saint-Pétersbourg Tatiana Titova


L'oeuvre de Konstantin Altounine représentant Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev en sous-vêtements féminins exposée à Saint-Pétersbourg le 21 août 2013 et saisie par la police à Saint-Pétersbourg (Photo Olga Maltseva. AFP).
L'oeuvre a été réalisée en 2011.

 

 


 

 

 

Soutien

PDFImprimerEnvoyer

 Ahlam Shibli : une artiste face à l'Histoire
par Geneviève Breerette

L’exposition de photographies de l’artiste palestinienne Ahlam Shibli  a provoqué depuis son ouverture au Jeu de Paume, des réactions d’une rare violence : alerte à la bombe, harcelements des responsables du centre d’art par e-mails et appels téléphoniques, menaces de mort à l’encontre de Marta Gili, sa directrice. Des groupements extrémistes juifs auraient voulu la fermeture de l’exposition sous pretexte que des œuvres y feraient l’« apologie du terrorisme ». Ce qui n’est pas juste. L’exposition qui a été présentée sans incident au Musée d’art contemporain de Barcelone est programmée jusqu’en septembre à Paris. Elle a du être mise sous protection policière par le ministère de la culture qui a la tutelle du Jeu de Paume. La mobilisation des acteurs de la culture et de la création contre les censeurs est forte, mais la situation reste préoccupante. Les tentatives d’intimidation et les mauvais procès à l’encontre de spectacles et d’oeuvres qui déplaisent à certaines minorités politiques ou religieuses ne sont plus rares, elles ont même tendance à devenir systématiques. Devoir recourir aux forces armées de l’Etat pour permettre à nos theâtres, à nos musées, à nos espaces culturels d’être ce qu’ils doivent être : des lieux d’ouverture et de confrontations d’idées, ne dit rien de bon pour l’avenir de notre démocratie. Lire la suite

 

 

L'AICA France manifeste son soutien au Jeu de Paume

à sa directrice Marta Gili et à son équipe

L'AICA France défend la liberté d'expression

Article 19 de la "Déclaration universelle des droits de l'homme"
 

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

 

 

ALERTE du Palais de Tokyo

PDFImprimerEnvoyer

alt

"Liberté pour la littérature chinoise!"

17 janvier-18 février 2013 au Palais de Tokyo

«Liberté pour la littérature chinoise ! » prend son point de départ dans la tribune éponyme signée par le poète dissident Liao Yiwu, parue dans Le Monde du 11 décembre, en faveur de son ami Li Bifeng, condamné à 12 ans de prison. La visite nocturne, le 28 décembre 2012, d’un groupe de dissidents chinois à l’épouse du prix Nobel Liu Xiaobo, assignée elle-même à résidence, a montré l’engagement croissant des intellectuels chinois et propulsé au premier plan le débat sur la censure.

Dans le cadre de cette manifestation, le Palais de Tokyo organise le jeudi 17 janvier 2013 à 19h une rencontre avec Liao Yiwu, en présence de Robert Badinter.

Pour plus d'informations, voir le site du Palais de Tokyo

 

   

Liberté d'expression et de création en Hongrie

PDFImprimerEnvoyer

gabordgerhes
Gabor Gerhes, «Hungarian Moon 1» (détail) oeuvre présentée dans l'exposition "Qu'est-ce qu'être hongrois?"
contestée par les ultras-nationalistes. © L'artiste. Collection Privée /ACB Gallery - Budapest

Face à la mainmise des ultra-conservateurs, nationalistes, xénophobes et antisémites, par le biais de la MMA (Académie hongroise des arts), sur l’ensemble du secteur de la culture et de l’art en Hongrie, l’Aica-France tient à alerter les opinions démocratiques sur ce fait et assure de son soutien et de sa solidarité les artistes et les responsables culturels de ce pays au cœur de l’Europe. 

La section hongroise de l’AICA craint qu'en donnant « à un groupe d'artistes ultraconservateurs proches du gouvernement un pouvoir inamovible », on « compromette à long terme l'autonomie, le professionnalisme et les procédures démocratiques dans l'art contemporain hongrois ».

Le fondateur de la MMA proche de M. Orban, avait promis : «Si nous revenons au pouvoir, nous effacerons les cent dernières années».

Voir :

« Les ultranationalistes hongrois tentent de reprendre en main la culture », in Le Monde 19.12.2012, Joëlle Stolz - Vienne (Correspondante).
« La Hongrie refait le coup de l'"art dégénéré"», in Le Monde, 19.12.2012, Joëlle Stolz - Vienne (Correspondante)

 

Dégradation d'une oeuvre de l'artiste Sud-Africain Brett Murray

PDFImprimerEnvoyer

Une oeuvre de l'artiste Brett Murray représentant le Président de la République d'Afrique du Sud, Jacob Zuma, nu, a été aspergée de peinture à la galerie Goodman à Johannesburg. L'oeuvre est au centre d'une polémique à connotations morales et raciales qui tend à réduire la liberté de création.

Voir le message de Marek Bartelik, Président de l'AICA

et de Liam Kelly, Président de la Commission de la Censure et de la liberté d'expression.

Voir également le site d'Art Press

MurrayThe_Spear_Brett_

 

 

   

page 1/3