Prix AICA France 2014

PDFImprimerEnvoyer

Mise à jour le Lundi, 31 Mars 2014 10:16 Samedi, 15 Mars 2014 00:53

Prix AICA France 2014

Lauréat
Marc Lenot présentant l'artiste Estefania Peñafiel


ecranvideoprix lenot

00montage_prix2014-v2 noms

 

Prix spécial du jury
Mathilde Roman présentant l'artiste Emilie Pitoiset

 

 

 

 

 


 

PDFImprimer

 

PDFImprimer

leeufan couv

Michel Enrici / Ukaï Satoshi

Lee Ufan

Cette monographie originale, la première publiée en français, rassemble une iconographie complète de l’oeuvre de Lee Ufan et des documents illustratifs de sa biographie. Un entretien exclusif avec Michel Enrici lève pour la première fois le voile sur une enfance et une destinée qui ont conduit l’artiste d’un particularisme culturel à l’universalité, en même temps qu’il éclaire sur ses positions morales, intellectuelles et esthétiques. Un texte analytique et théorique rassemble l’appareil critique et philosophique qui a accompagné l’œuvre de Lee Ufan pendant quatre décennies.  

 

 

 

 

Michel Enrici
Historien et critique d'art, Michel Enrici a successivement dirigé l'École nationale des beaux-arts de Dijon, l'École supérieure des beaux-arts de Marseille et l'École de scénographie de Monaco, qu'il a fondée.
Depuis le début des années 1980 il accompagne par ses textes l'aventure artistique de ses contemporains. Il a notamment publié en 1989 la première monographie sur Jean-Michel Basquiat.

 

Ukaï Satoshi
Philosophe et critique littéraire, Ukai Satoshi enseigne le français, les littératures française et maghrébine, la philosophie contemporaine et la culture postcoloniale à l'université de Hitotsubashi à Tokyo. Il a publié en français, entre autre, « L'orient de l'aveugle » (Cahiers de l'Herne 83, 2004), « Anus dei » ou toucher (à) l'Histoire selon Guyotat" (Europe, n° 961, 2009).

ISBN 978-2-330-01908-2. Éditions Actes Sud, juin 2013.

 
   

PDFImprimer

couv artaud guerre

Florence De Mèredieu

Antonin Artaud dans la guerre. De Verdun à Hitler.

L'hygiène mentale

« Mr Mutilé, Mr tronçonné, Mr amputé, Mr décapité dans les barbelés et les guillotines du pouvoir discrétionnaire de la guerre ». (Antonin Artaud)

 

 

 

 

 

 

 

1914-1918 : une génération d’artistes et d’écrivains (Artaud, Breton, Masson, Céline...) se trouve projetée dans la Grande Guerre, ses tranchées, ses champs de bataille (Verdun), ses morts et ses blessés psychiques. Des centres de neuropsychiatrie sont créés pour traiter au plus vite les malades « sans blessures apparentes », et les renvoyer au front.

Cette guerre de 14-18, Antonin Artaud (1896-1948) ne cessera de la revivre. Comme acteur de cinéma, dans Verdun, Vision d’histoire et Les Croix de bois. Comme écrivain, auteur et acteur de théâtre. — Les textes et dessins de ses derniers cahiers sont l’expression de la guerre littéraire et graphique qu’il mène à l’encontre d’une société qui a fait de lui : un « mutilé », un « amputé », un « déporté » de l’être.

Entre les deux conflits (de 1918 à 1939), se mettent en place un processus de guerre continuée (Michel Foucault), une société de plus en plus technicisée et médicalisée, une brutalisation de masse (George Mosse) de la société civile et la montée d’une forme d’« hygiène mentale » et sociale dont le dévoiement aboutira, en Allemagne, au fascisme hitlérien.

1939-1945 : Hitler (soigné lui aussi, durant la Première Guerre, dans un centre psychiatrique) entraîne l’Europe et le monde dans une guerre d’extermination. Artaud connaît alors les asiles psychiatriques, la faim, les électrochocs.

Ce livre plonge au cœur même de ce qui fit l’essentiel de l’histoire politique et culturelle du XXe siècle. La grande histoire s’écrit au rythme de la littérature et des arts de la première moitié du siècle. On y croise ces psychiatres (et psychanalystes) qui ont nom Charcot, Freud, Babinski, Toulouse, Grasset, Tausk, Allendy, etc. Ce qu’Édouard Toulouse nommait « la biocratie » marque, aujourd’hui encore, l’ensemble de notre société.

La grande originalité de l'ouvrage est de « prendre en tenaille » les deux grandes guerres mondiales et de montrer comment Artaud (mais aussi Céline, André Breton, André Masson et bien d’autres...) se retrouvent au cœur d’un processus de nature guerrière. L'ouvrage prend en compte une durée longue, qui est aussi celle de la vie et de l'œuvre d'un individu – Antonin Artaud – littéralement "saisi" dans la trajectoire qui arcboute l'un à l'autre ces deux conflits.

Il s'agit là d’un « récit » résolument pluridisciplinaire, qui aborde la question de la GUERRE d'un point de vue historique, au travers de la littérature, du dessin, du cinéma et du théâtre d'Artaud, dans le contexte culturel, esthétique, médical ("l'hygiène mentale"), anthropologique et politique de la première moitié du XXe siècle. – Une histoire passionnante.

 

Écrivain et universitaire (Paris I Panthéon Sorbonne), enseignement en philosophie, esthétique et sciences de l'art.

Auteur de l'Histoire matérielle et immatérielle de l'art moderne et contemporain, (Larousse, 1994-2008), d'études sur Picasso, Duchamp, Masson, le Gutaï, Van Gogh... Et d'un ensemble d'ouvrages de référence sur l'œuvre et la vie d'Antonin Artaud : C'était Antonin Artaud, biographie (Fayard, 2006); Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris, 1984-2008 ; Antonin Artaud, Voyages (1992) ; Antonin Artaud, les couilles de l'Ange (1992); Sur l'électrochoc, le cas Antonin Artaud (1996) ; La Chine d'Antonin Artaud (Blusson 2006); L'Affaire Artaud (Fayard, 2009).

Florence de Mèredieu poursuit depuis des années des recherches de nature résolument pluridisciplinaire – situées à l'intersection de l'histoire des arts (littérature, cinéma, arts plastiques, théâtre) et de la médecine, de la philosophie et de l'esthétique et – plus généralement – des sciences humaines (psychiatrie, psychanalyse).


ISBN 978-2-907784-26-9. Editions Blusson, novembre 2013.

 

 


 

 

Pecha Kucha

PDFImprimerEnvoyer

8 mars 2013, Palais de Tokyo, Paris
Journée Internationale des droits des Femmes
AICA France et AICA International

Pecha Kucha de la critique d’Art

Le jury international
présidé par Anaël Pigeat, rédactrice en chef du magazine art press, a désigné comme lauréates :
Anne Tronche et Laura Lamiel

  atronchepk2 lamiel

Anne Tronche. Œuvre de Laura Lamiel. Figure 2013. Chaise, modules en acier, gants, fluos. courtesy Galerie Marcelle Alix / l’Artiste 
La présentation d'Anne Tronche sera publiée dans le magazine art press en Mai. Laura Lamiel exposera au Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne (cabinet d'art graphique) en novembre-décembre 2013.

Une mention spéciale du jury a été attribuée à
Marie-Cécile Burnichon
qui a présenté l'oeuvre de Miriam Cahn

   mcb2  miriamcahn

Marie-Cécile Burnichon. Œuvre de Miriam Cahn.
Lächeln, 1996. Huile sur toile, 70 x 40 cm. Tous droits réservés.

Les six autres présentations :
Anaïd Demir : Léa Le Bricomte
Muriel Enjalran : Angela Ferreira
Fabienne Fulchéri : Isabelle Giovacchini
Ann Hindry : Agnès Thurnauer
Pascale Lismonde : Ramsà
Philippe Piguet : Iris Levasseur

l'AICA France remercie tous ses partenaires et particulièrement
alt pour sa très grande générosité


 

 

   

page 1/2