Choix de livres

Vous trouverez ici des annonces concernant les publications de nos membres.

PDFImprimerEnvoyer

m_journiac2014-04-03206Jean-Luc Monterosso & Pascale Le Thorel

Ecrits — Michel Journiac

À partir de 1968, date de sa première exposition personnelle, Michel Journiac (1935-1995) s'exprime par des actions, des photographies, des écrits, des objets, des peintures... Il devient le principal représentant français de l'Art corporel sociologique et critique.

Utilisant le corps comme matériau, Michel Journiac en fait le vecteur d'une critique esthétique, sociale et politique radicale. Dans ses actions, ses installations, ses photographies, il ne cesse, à travers la sexualité par exemple, et les dispositifs qui la répriment, d'affirmer que dans l'art, le problème n'est pas « le beau, mais la vie » . Et la vie, c'est d'abord cette « viande socialisée » qui constitue le corps, et ce n'est qu'à partir de « cette viande et de ce sang » que s'élabore l'activité artistique.

Mais dans notre société médiatisée, dans laquelle le corps est de plus en plus absent, dématérialisé, où les clones virtuels se multiplient et pour laquelle la « vraie » vie se joue de plus en plus devant les écrans d'ordinateurs, quel sens donner à cette œuvre singulière, et quelle place assigner aujourd'hui à Michel Journiac ?

C'est à ces questions que répondent les écrits de cet ouvrage qui rassemble une longue lettre inédite, des articles publiés dans l'emblématique revue que fut arTitudes, créée et animée de 1971 à 1977 par François Pluchart, et des entretiens enregistrés au gré de rencontres et de débats. (Jean-Luc Monterosso, extrait de la préface)

 

 

Jean-Luc Monterosso est le fondateur et le directeur de la Maison européenne de la photographie.

 

 

PDFImprimer

leeufan couv

Michel Enrici / Ukaï Satoshi

Lee Ufan

Cette monographie originale, la première publiée en français, rassemble une iconographie complète de l’oeuvre de Lee Ufan et des documents illustratifs de sa biographie. Un entretien exclusif avec Michel Enrici lève pour la première fois le voile sur une enfance et une destinée qui ont conduit l’artiste d’un particularisme culturel à l’universalité, en même temps qu’il éclaire sur ses positions morales, intellectuelles et esthétiques. Un texte analytique et théorique rassemble l’appareil critique et philosophique qui a accompagné l’œuvre de Lee Ufan pendant quatre décennies.  

 

 

 

 

Michel Enrici
Historien et critique d'art, Michel Enrici a successivement dirigé l'École nationale des beaux-arts de Dijon, l'École supérieure des beaux-arts de Marseille et l'École de scénographie de Monaco, qu'il a fondée.
Depuis le début des années 1980 il accompagne par ses textes l'aventure artistique de ses contemporains. Il a notamment publié en 1989 la première monographie sur Jean-Michel Basquiat.

 

Ukaï Satoshi
Philosophe et critique littéraire, Ukai Satoshi enseigne le français, les littératures française et maghrébine, la philosophie contemporaine et la culture postcoloniale à l'université de Hitotsubashi à Tokyo. Il a publié en français, entre autre, « L'orient de l'aveugle » (Cahiers de l'Herne 83, 2004), « Anus dei » ou toucher (à) l'Histoire selon Guyotat" (Europe, n° 961, 2009).

ISBN 978-2-330-01908-2. Éditions Actes Sud, juin 2013.

 
 

A Paraître

PDFImprimerEnvoyer

couv-perf-5-1La Performance. Vie de l'archive et actualité

Relevant souvent de l’enquête de terrain de la part d’auteurs qui sont aussi les acteurs de leur objet d’étude, ce livre, tout en abordant les enjeux politiques, contextuels et de genres propose une épistémologie de la performance en questionnant les moyens et les méthodes d’accès à sa connaissance, son histoire, sa mémoire (vivante), dans son actualité. Cet ouvrage donne suite au colloque international « La performance : vie de l’archive et actualité » organisé par la Villa Arson et l’AICA France avec le concours du Getty Research Institute. Il interroge les définitions et le statut de la performance alors que celle-ci est enfin intégrée à sa juste valeur au sein du champ élargi des arts visuels, au point qu’on assiste à la multiplication des reenactments. De spécialités différentes — critiques d’art, historiens et historiennes de l’art, commissaires d’exposition, philosophes, artistes — les auteurs offrent des analyses variées et complémentaires centrées sur une problématique fondamentale de la performance : l’archive et le statut des documents, des photographies, des objets, qui constituent l’art de la performance ou en témoignent.

 

Les auteurs : Hubert Besacier, Patricia Brignone, Mehdi Brit, Liliana Coutinho, Raphael Cuir, Virgile Delmas, Géraldine Gourbe, Viviana Gravano, Liam Kelly, Arnaud Labelle-Rojoux, Éric Mangion, Cédric Moris Kelly, Kalliopi Papadopoulos, Rebecca Peabody, Glenn Phillips, David Zerbib

ISBN: 978-2-84066-643-1

   

Catherine Francblin

PDFImprimerEnvoyer

Nouvelle publication de Catherine Francblin
Critique et historienne d’art, Catherine Francblin est l’auteur d’un ouvrage de référence sur les Nouveaux réalistes (Editions du Regard, 1997). Elle a également publié plusieurs monographies consacrées à des artistes contemporains, tels que Daniel Buren et Bertrand Lavier.

nikidspSynopsis

Entrée sur la scène de l’art armée d’un fusil destiné à «faire saigner la peinture », Niki de Saint Phalle (1930-2002) a créé une œuvre protéiforme traversée de façon continue par ce qu’elle a vu et vécu. Cette biographie de référence – la première en langue française qui lui est consacrée – éclaire le dialogue que la femme et la créatrice ont constamment entretenu. Elle révèle le parcours hors du commun de cette artiste autodidacte, élevée en Amérique dans une famille de la vieille aristocratie française, et met en évidence la cohérence de son engagement artistique, depuis ses débuts peu connus de peintre, jusqu’aux animaux de l’Arche de Noé, en passant par les Tableaux-tirs, les Autels, les Mariées, les Nanas, les diverses sculptures monumentales, créées ou non avec son compagnon Jean Tinguely, sans oublier les films et les innombrables dessins, pétris de poésie et d’humour, qu’elle a réalisés.

Croisant, pour la première fois et de manière systématique, quantités de sources (témoignages, correspondance, journaux, travaux préparatoires, archives sonores et audiovisuelles, notes, manuscrits) recueillies dans plusieurs pays (Amérique, France, Allemagne, Suisse, Belgique, Italie), cet ouvrage a bénéficié de la confiance de la Fondation Niki de Saint Phalle installée en Californie. Il campe une personnalité exceptionnelle par la forme remarquablement joueuse qu’elle a donnée à son féminisme, par l’énergie qu’elle a déployée, notamment pour construire son Jardin des tarots en Toscane, et l’opulence de son œuvre, conçue en menant vies privée et professionnelle de concert. A travers le portrait de celle qui fut la seule femme du groupe des Nouveaux réalistes (Klein, César, Arman, Villeglé, etc.), cette biographie dessine celui d’une époque dont les révoltes et les audaces fascinent toujours la jeune génération.

Le livre en quelques mots
Initiatrice des tableaux tirs à la carabine, auteur des sculptures monumentales des Nanas et du jardin des tarots, Niki de Saint-Phalle (1930-2002) traverse les avant gardes de la fin du XXème siècle sans s’inféoder à d’autre mot d’ordre que celui d’exprimer généreusement sa vie et son temps dans un féminisme enjoué. Cette biographie éclaire le dialogue que la femme et la créatrice entretiennent, contribuant ainsi à rétablir l’artiste à sa juste place - l’une des premières - au sein de l’histoire de l’art de la seconde partie du XXème siècle. Première biographie documentée de l’artiste fondée sur les archives familiales.


ISBN : 978 2 7541 0497 5

 

PDFImprimer

couv artaud guerre

Florence De Mèredieu

Antonin Artaud dans la guerre. De Verdun à Hitler.

L'hygiène mentale

« Mr Mutilé, Mr tronçonné, Mr amputé, Mr décapité dans les barbelés et les guillotines du pouvoir discrétionnaire de la guerre ». (Antonin Artaud)

 

 

 

 

 

 

 

1914-1918 : une génération d’artistes et d’écrivains (Artaud, Breton, Masson, Céline...) se trouve projetée dans la Grande Guerre, ses tranchées, ses champs de bataille (Verdun), ses morts et ses blessés psychiques. Des centres de neuropsychiatrie sont créés pour traiter au plus vite les malades « sans blessures apparentes », et les renvoyer au front.

Cette guerre de 14-18, Antonin Artaud (1896-1948) ne cessera de la revivre. Comme acteur de cinéma, dans Verdun, Vision d’histoire et Les Croix de bois. Comme écrivain, auteur et acteur de théâtre. — Les textes et dessins de ses derniers cahiers sont l’expression de la guerre littéraire et graphique qu’il mène à l’encontre d’une société qui a fait de lui : un « mutilé », un « amputé », un « déporté » de l’être.

Entre les deux conflits (de 1918 à 1939), se mettent en place un processus de guerre continuée (Michel Foucault), une société de plus en plus technicisée et médicalisée, une brutalisation de masse (George Mosse) de la société civile et la montée d’une forme d’« hygiène mentale » et sociale dont le dévoiement aboutira, en Allemagne, au fascisme hitlérien.

1939-1945 : Hitler (soigné lui aussi, durant la Première Guerre, dans un centre psychiatrique) entraîne l’Europe et le monde dans une guerre d’extermination. Artaud connaît alors les asiles psychiatriques, la faim, les électrochocs.

Ce livre plonge au cœur même de ce qui fit l’essentiel de l’histoire politique et culturelle du XXe siècle. La grande histoire s’écrit au rythme de la littérature et des arts de la première moitié du siècle. On y croise ces psychiatres (et psychanalystes) qui ont nom Charcot, Freud, Babinski, Toulouse, Grasset, Tausk, Allendy, etc. Ce qu’Édouard Toulouse nommait « la biocratie » marque, aujourd’hui encore, l’ensemble de notre société.

La grande originalité de l'ouvrage est de « prendre en tenaille » les deux grandes guerres mondiales et de montrer comment Artaud (mais aussi Céline, André Breton, André Masson et bien d’autres...) se retrouvent au cœur d’un processus de nature guerrière. L'ouvrage prend en compte une durée longue, qui est aussi celle de la vie et de l'œuvre d'un individu – Antonin Artaud – littéralement "saisi" dans la trajectoire qui arcboute l'un à l'autre ces deux conflits.

Il s'agit là d’un « récit » résolument pluridisciplinaire, qui aborde la question de la GUERRE d'un point de vue historique, au travers de la littérature, du dessin, du cinéma et du théâtre d'Artaud, dans le contexte culturel, esthétique, médical ("l'hygiène mentale"), anthropologique et politique de la première moitié du XXe siècle. – Une histoire passionnante.

 

Écrivain et universitaire (Paris I Panthéon Sorbonne), enseignement en philosophie, esthétique et sciences de l'art.

Auteur de l'Histoire matérielle et immatérielle de l'art moderne et contemporain, (Larousse, 1994-2008), d'études sur Picasso, Duchamp, Masson, le Gutaï, Van Gogh... Et d'un ensemble d'ouvrages de référence sur l'œuvre et la vie d'Antonin Artaud : C'était Antonin Artaud, biographie (Fayard, 2006); Antonin Artaud, Portraits et Gris-gris, 1984-2008 ; Antonin Artaud, Voyages (1992) ; Antonin Artaud, les couilles de l'Ange (1992); Sur l'électrochoc, le cas Antonin Artaud (1996) ; La Chine d'Antonin Artaud (Blusson 2006); L'Affaire Artaud (Fayard, 2009).

Florence de Mèredieu poursuit depuis des années des recherches de nature résolument pluridisciplinaire – situées à l'intersection de l'histoire des arts (littérature, cinéma, arts plastiques, théâtre) et de la médecine, de la philosophie et de l'esthétique et – plus généralement – des sciences humaines (psychiatrie, psychanalyse).


ISBN 978-2-907784-26-9. Editions Blusson, novembre 2013.

 

 


 

   

page 1/3